La revanche des neurones

Dominique CARDON, Jean-Philippe COINTET et Antoine MAZIÈRES, « La revanche des neurones. L’invention des machines inductives et la controverse de l’intelligence artificielle », Réseaux 5 (211), 2018, p. 173-220.

https://doi.org/10.3917/res.211.0173

L’excellent papier de Cardon, Cointet et Mazières constitue un point de départ incontournable pour tout chercheur intéressé à l’intelligence artificielle. Dans une quarantaine de pages denses d’idées et d’informations, les auteurs présentent une histoire complète et détaillée de la montée et la chute de différents courants de cette approche.

Remarquable dans l’article est l’effort de ne pas considérer l’intelligence artificielle comme un bloc unique, mais de séparer et opposer les différents écoles et techniques qui composent le monde de l’AI. Par cette approche comparative, les auteurs proposent une critique perçante de plus récents algorithmes de deep machine learning, en décrivant les points de force qui ont fini pour assurer leur succès, mais aussi les contraintes techniques et conceptuelles de cette approche.

Malgré la technicité de la matière et le niveau des détails offert par le papier (qui n’hésite pas à entrer dans les détails informatiques et logiques des différentes approches), l’argument des auteurs reste accessible à tout lecteur. Par une reconstruction passionnante de l’affrontement entre l’ « IA connexionniste » (qui caractérise les premières et les dernières années de cette technique) et l’ « IA symbolique » (dominant des années ’60 jusqu’à la moitié des années ’90), l’article offre une description poignante des enjeux et des idéologies de l’intelligence artificielle passée et présente.

Cerise sur le gâteau, le papier appuie son argument sur une combinaison très réussie de méthodes qualitatives (avec des vignettes ethnographiques et des extraits d’entretiens franchement marrants) et analyse scientométrique des publications dans la discipline.

Tommaso Venturini (CIS-CNRS)