Les traducteurs doivent-ils redouter la concurrence de l’intelligence artificielle ?

Dimitri GARNCARZYK, « Les traducteurs doivent-ils redouter la concurrence de l’intelligence artificielle ? », The Conversation France, 17 mars 2019.

https://theconversation.com/les-traducteurs-doivent-ils-redouter-la-concurrence-de-lintelligence-artificielle-112098

Cet article, écrit par un enseignant-chercheur de l’Université Sorbonne Nouvelle, explore la « relation ambiguë entre le traducteur et l’IA traductive ». Selon l’auteur, les traducteurs sont des professionnels de l’écrit, mais ne sont pas, pour la plupart, des spécialistes de la traduction automatique : c’est à cause de cette relation asymétrique que d’après l’auteurs vient une partie importante de l’inconfort lié à l’IA. « Le robot s’invite dans le champ de compétence d’experts humains et semble y exceller, alors que les experts humains du domaine concerné se sentent, eux, souvent incompétents pour parler du robot. Dans ce cas, l’IA est pour eux une boîte noire ».

L’auteur évoque trois raisons à cause desquelles les acteurs « humains » de l’écrit pourraient/devraient s’inquiéter :

  • Si la créativité stylistique définit la spécificité d’un individu en champ littéraire, la machine peut imiter aisément ce genre de qualités ;
  • les performances du robot-écrivain sont bonnes au point qu’il pourrait remplacer un certain nombre d’acteurs humains de l’écrit ;
  • l’IA peut forger complètement ses citations et ses analyses, de façon vraisemblable/réaliste, mais ne sait pas vérifier ses sources et n’a pas de déontologie.

Dans le case de la traduction, l’auteur procède par ailleurs à une analyse de toutes les étapes où l’humain doit de nécessité se « ré-infiltrer » dans le processus automatisé, et conclut : « la compétence de la machine est, quand on ouvre la boîte noire, d’une nature différente de la compétence humaine ; et la performance de la machine repose, en dernière analyse, sur la compilation des produits de la compétence humaine. Le danger vient moins d’une concurrence existentielle immédiate d’une IA qui est très loin d’être généralisée que de décisions économiques… qui seront prises par des hommes. »

Francesca Musiani (CIS-CNRS)